• ♦ CHAPITRE 2 ♦

    ☼ Nous voilà arrivés mais... C'est étrange, notre environnement me paraît familier et inconnu à la fois. Ah ! Je sais ! Nous ne sommes pas dans la réalité, mais plutôt dans un souvenir, d'où le phrasé un peu particulier employé dans le Carnet de Voyage. Reste à savoir à qui il appartient... Hum... Oui, à n'en point douter, il s'agit d'un souvenir de Aurah. Il a quinze ans dans la réalité mais se remémore un événement de ses quatorze ans. Nous avons encore avancé dans le temps !

    Bien, je te laisse découvrir la suite de l'histoire... ☼

     

     

    An 2914 de l'Ère des Continents

     

    Planète : Triade

     

    Continent : Triamine

     

    Lieu : Forêt Kriüsa

     

     


    ♦ CHAPITRE 2 ♦


     

     Ce jour-là, Azoran avait accompagné Aurah jusqu’à l’orée de la forêt, puis avait laissé son disciple seul avec les animaux sauvages : d’innocents mammifères et des oiseaux au chant gracieux. Aurah n'avait pas tardé à entendre les renâclements du buffle sylvestre qui s’exerçait à foncer contre un rocher, certainement pour éprouver sa force. Quatre pattes musculeuses portaient un tas de graisses velu. Sa tête mesurait au moins la moitié de son corps, sans compter trois cornes élancées et une quatrième une semblait récemment cassée. La plaie n’était alors pas encore guérie. ANGELUX lui avait permis de s'approcher silencieusement de l'animal. Il avait ensuite utilisé ses pouvoirs psychiques afin de lire dans son esprit. La colère envahissait les pensées de l'animal. Aurah communiquait souvent avec les bêtes, mais pas lorsqu'elles étaient aussi enragées.

     

    Le buffle sylvestre avait sentit que l’on s’insinuait dans sa tête et s'était mis à chercher le responsable du regard. Nul temps pour fuir. Inutile d'attiser encore davantage sa colère. Il avait gratté la terre avant de s’élancer vers lui. Restant en lévitation, Aurah était parvenu à esquiver une première fois, puis une seconde. Le buffle perdait patience et, contre toute attente, avait lancé RADIX, un sort de Terre. Certains animaux pouvaient en effet utiliser la magie, à moindre échelle.

    Une racine était sortie de terre pour s'enrouler autour de la cheville d’Aurah, et l'attirer au sol, ANGELUX dissipé. Le buffle sylvestre se montrait plus intelligent que prévu. Peu lui importait. Aurah était immobilisé ? La belle affaire ! Nul besoin de ses mains pour lancer un sort. Il lui suffisait de prononcer une formule… Mais une racine venait de le bâillonner, l’empêchant toute contre-attaque. Paniquer ne servait à rien. Que pouvait-il faire dans ce cas-là ? Alors que le buffle sylvestre marchait lentement vers lui, les yeux emplis de haine, il s'était soudain crispé avant de chuter à terre, se tordant de douleur. Aurah Jones maîtrisait la magie psychique, qui ne nécessitait pas toujours de formule pour être évoquée. Un souhait, une pensée pouvait suffire. RADIX se dissipant, les racines se rendormaient sous terre. Le buffle sylvestre ne se montrait plus agressif. Il avait peur de ce qui pouvait lui arriver. Puis Aurah avait relâché son emprise mentale. Le buffle s'était senti soumis. Le mage avait à nouveau sondé son esprit. La colère ne dominait plus. Il avait pu voir un souvenir encore frais.

     

    Environ un mois auparavant, le buffle sylvestre broutait tranquillement dans les plaines nord de Ventus, à la lisière de la Forêt Kriüsa, lorsqu’un Humain s’était approché de lui. Le buffle, pacifique, s'était même laissé caresser. La confiance de l’animal acquise, l’Humain en avait profité pour abattre sa hache et lui trancher une corne. Une hache ? Un bûcheron ! Pendant qu'Aurah mémorisait le visage de l’homme cruel, il dit au buffle :

     

    – Noble animal, je pense que tous les Humains ne sont pas mauvais. Je m’en vais retrouver celui qui t’a infligé cette blessure. Accepterais-tu, en attendant, de recevoir l’aide d’un de mes amis ? Il pourra te préparer un cataplasme pour la plaie.

     

    Devant n’importe qui, le buffle n’aurait pas réagi. Mais voilà, Aurah Jones d’Inh n’était pas n’importe qui. Il avait grandi dans une ville dont la Nature avait repris ses droits, en présence de Dragons et d’animaux sauvages, pacifiques ou non. Il savait comment s’adresser aux êtres de la forêt. Le buffle avait frotté son large museau contre la paume d’Aurah, semblant dire « j’attendrai ici que ton ami vienne ; j’attendrai ici ton retour ».

    Aurah était ensuite sorti de la forêt, côté nord. Azoran avait disparu. Il était véritablement livré à lui-même… Comment préparer le cataplasme promis ? Ses connaissances des plantes médicinales étaient limitées. Un bruissement dans les fourrés avait attiré son attention. Restant sur ses gardes, Aurah s'était préparé à lancer ADRIX OMBAL... lorsqu’une magnifique dryade surgit des buissons, plusieurs baies et feuilles dans ses mains faites de bois. Sa voix avait raisonné dans la tête d’Aurah. Un miracle pour qui sait entendre. Un privilège pour qui sait écouter :

     

    – « Je t’ai vu à l’œuvre avec ce buffle sylvestre. Il est pur comme un nourrisson. C'est bien un Humain qui est à l'origine de son changement d'attitude. »

     

    – Et c’est un Humain qui résoudra tout, je vous le promets.

     

    – « Un Humain… au sang draconique… »

     

    La dryade attendait à la lisière. Aurah devait s’approcha d’elle en marchant calmement. Il remercia la dryade, qui, après lui avoir révélé la recette du cataplasme, s'était effacée dans la forêt. Après s'être procuré les ingrédients manquants, le jeune mage avait pu réaliser le pansement végétal. Une fois le buffle soigné, il avait lancé ANGELUX pour se diriger, déterminé, vers la scierie la plus proche...

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :